This post was written by

Retour à Asie

Ville et littérature en Thaïlande

Auteur : Louise Pichard-Bertaux
IrAsia (AMU-CNRS; UMR 7306) – http://www.irasia.cnrs.fr

La littérature thaïe contemporaine se plaît à investir les thèmes urbains. Circulations, classes sociales et verticalités sont au cœur des thématiques explorées par les écrivains.

Une croissance comparable

Ville et littérature en prose ont connu en Thaïlande un développement parallèle. Alors que Bangkok, capitale du pays depuis 1782, dépasse au cours des années le centre historique situé près du fleuve Chao Phraya, la littérature en prose s’impose à partir de 1885 et connaît une rapide expansion.

Sous l’influence des nobles partis étudier en Europe, les écrivains explosent les contraintes liées à la littérature classique en vers et explorent de nouvelles formes d’écriture. D’abord imitateurs, les auteurs s’émancipent ensuite du modèle occidental pour inventer une littérature en prose plus en phase avec le xxe siècle. Les revues littéraires, dans lesquelles sont publiés romans en feuilleton, nouvelles et poèmes, trouvent un lectorat grandissant dû à une politique d’alphabétisation massive.

La ville inspirante

Les écrivains contemporains interrogent leur société en général et le milieu urbain en particulier. Si la Thaïlande reste un pays majoritairement rural puisque 65 % des Thaïs vivent hors des grandes villes, c’est paradoxalement également un pays au développement urbain très marqué. Bangkok est une mégapole de plus de 10 millions d’habitants, nombre qui double si l’on considère toute l’agglomération. C’est donc un fabuleux terrain de jeu pour les écrivains qui permet la mise en place d’intrigues aussi tortueuses que le lacis des ruelles de la ville et l’exploitation de millions de trajets de vie. Le décor et les personnages campés, les auteurs puisent ensuite leur inspiration dans les pratiques de la ville. Les contrastes architecturaux, du vertical à l’horizontal, de l’ancien au récent sont le contrepoint matériel des pratiques diversifiées des habitants de Bangkok. Ce sont d’ailleurs justement ces pratiques qui créent le lien entre les contraires et les oppositions. La circulation dans la ville est l’un des aspects de la vie urbaine que l’on retrouve fréquemment dans les romans et nouvelles. Marqueur de classe sociale, le moyen de transport est un élément important utilisé par les auteurs pour décrire la société urbaine. Au centre de nombreux textes, les encombrements sont prétextes à des rencontres improbables et permettent une mise en scène romancée du réel.

Un extrait d’un ouvrage de Win

La ville destructrice

La ville est aussi un mirage, une cité rêvée dans laquelle une vie meilleure serait possible, pour des milliers de ruraux. La littérature regorge d’exemples de femmes et d’hommes qui, attirés vers la ville lumineuse pour des raisons économiques, sont mâchés, broyés et exploités par les contraintes urbaines. Le difficile retour au village est également une thématique fréquemment explorée par les auteurs. La littérature de la ville et les villes de la littérature sont ainsi particulièrement liées en Thaïlande. Le développement urbain du pays et l’expansion de la littérature ont permis la naissance de nombreuses œuvres et promettent de belles créations à venir.

Télécharger le panneau de l’exposition

Lien Permanent pour cet article : https://asie-oceanie.cnrs.fr/exposition/asie/ville-litterature-thailande/

Asie-Océanie

GRATUIT
VOIR